18 mars 2018
18h30à19h30
Musique définitivement du XXIème siécle…

Planétarium // PT : 6,5 € / TR : 3,5 €

Co-production Jazz à Poitiers et le Lieu multiple/EMF 

Défini comme « media saboteur » par le label Consumer Waste, Yann Leguay cherche à replier la réalité sur elle-même en utilisant des moyens simples sous la forme d’objets, d’éditions, d’installations et de performances qu’il réalise dans divers lieux et festivals internationaux. Le détournement des normes admises en musique l’amène à s’approprier des outils de production sonore sous une forme brute et sans concessions. Dans Quad Core, des disques durs sont ouverts et détournés de leur usage habituel pour constituer un instrument entièrement contrôlable mais au comportement imprévisible. Une immersion dans l’écoute du support et la matérialité de ce type de mémoire physique.

Bio Yann Leguay

À la fois plasticien, éditeur et performeur, Yann est également un artiste sonore à la production aussi curieuse que fascinante. Son oeuvre étonnante fait la part belle à l’expérimentation ; ici les instruments de musique disparaissent au profit d’objets du quotidien (disques-durs, vinyles rayés au scalpel, etc.) desquels l’artiste extrait de véritables matières sonores qu’il malaxe, assemble, déconstruit et sculpte devant nos yeux ébahis.

Yann Leguay réalise un travail sur la matérialité du son et cherche à plier cette réalité sur elle-même en utilisant des moyens simples sous la forme d’objets, d’éditions, de vidéos ou lors d’installations et de performances qu’il réalise dans divers lieux et festivals internationaux. Actif sur la scène expérimentale depuis 2007 et défini comme « media saboteur » par le label Consumer Waste, son approche très directe et sans concession des normes admises en musique l’amène à utiliser des outils non-conventionnels dans ses concerts. Une disqueuse pour découpé microphone amplifié jusqu’à la perte du signal ou encore des disques durs comme tourne-disques.

Ses productions résultent aussi de ses déviances : disques vinyle 45T sans trou central, album composé d’enregistrements de vinyles rayés au scalpel, ou de lecteurs CD défaillants… Il créé son propre label, Phonotopy, qui propose une approche conceptuelle des supports d’enregistrement et dirige la collection DRIFT sur le label Artkillart, une édition vinyle sur lequel les sillons s’entrecroisent et se superposent provoquant leur lecture aléatoire.

http://phonotopy.org/

crédit photo : © Cyril Victor

http://jazzapoitiers.org/

Posted by olivier